« Le Clavier des Langues Béninoises », une révolution numérique au service des langues locales

Article : « Le Clavier des Langues Béninoises », une révolution numérique au service des langues locales
7 septembre 2020

« Le Clavier des Langues Béninoises », une révolution numérique au service des langues locales

En Afrique, les langues traditionnelles semblent être en train de perdre de valeurs à l’ère du 21e siècle ou le numérique révolutionne le monde. Les claviers d’ordinateurs ou de smartphones n’ont pas été conçus pour les langues africaines. Alors, comment intégrer les données des langues locales africaines dans le quotidien de la nouvelle génération accro de l’internet, d’où l’appellation « génération tête baissée » ? Pour répondre à ce problème, Fabroni Bill Yoclounon, jeune béninois passionné des NTIC a créé le Clavier des Langues Béninoises, un clavier disponible sous la forme d’une application smartphone. Une véritable prouesse dans le monde du numérique permettant aux Béninois d’écrire dans plus de 56 langues locales.

Présentez-vous aux internautes

Je suis Fabroni Bill Yoclounon, je suis le concepteur de IamYourclounon une plateforme qui fait la promotion des langues locales au Bénin, beaucoup plus le Fɔngbé. J’ai choisi de promouvoir nos langues parce qu’on utilise le français comme langue officielle, malgré la richesse de toutes nos langues, nous n’avons pas une langue qui accompagne le français.

Le Fɔngbé est parlé par plus de 3 millions de Béninois, du nord au sud, il y a beaucoup de langues qui gravitent autour de Fɔngbé comme l’Aïzɔ, le Goungbé, le Mina, le Adja et autres. Donc, quand vous comprenez le Fɔngbé c’est plus facile pour vous de comprendre une autre langue. C’est pourquoi je privilégie le Fɔngbé. Je suis dans la dynamique avec mon équipe à amener les dirigeants à se pencher sur la question et vraiment prendre le Fɔngbé comme langue officielle du Bénin en plus du français.

Un entretien à retrouver en sons juste ici ⬆️

D’où est venue l’idée de créer un clavier pour les langues béninoises ?

On constate que nos langues africaines en générales ne sont pas prises en compte dans la création des téléphones portables. Les claviers qu’on voit sur les téléphones portables Android, même sur Apple, il n’y a pas les caractères spéciaux. Par exemple : les lettres ɔ, ɛ, ɛ́, ɔ̀, ā… Et les diacritiques, il n’y en a pas vraiment sur les claviers habituels. Alors, c’est une lacune, car on a envie d’écrire dans nos langues, mais on n’a pas l’alphabet qu’il faut pour écrire, il faut le corriger. C’est pour cela, nous voulons combler cette insuffisance-là. Et on l’a comblé d’ailleurs parce qu’on a lancé le clavier le 15 août 2020. Aujourd’hui, le Clavier des Langues Béninoises est disponible sur Google Play Store.

Le Clavier des Langues Béninoises est un outil au service des langues béninoises !

Peu importe la langue que vous parlez au Bénin, vous pouvez utiliser le Clavier Des Langues Béninoises parce que vous avez tous les accents, tous les caractères spéciaux propres aux alphabets de différentes langues locales parlées au Bénin. Que vous soyez Fɔn, Mina, je ne veux pas tout citer parce qu’il y a plus de 56 langues parlées au Bénin avec leurs dérivées.

Donc, que vous soyez locuteur d’une de ses langues vous pouvez utiliser le clavier et écrire dans vos langues avec les caractères spéciaux qu’il faut. Ce n’est pas seulement un clavier qui sera utilisé uniquement par les Béninois, parce qu’on partage avec plusieurs langues africaines les mêmes caractères spéciaux, les mêmes diacritiques, dont mêmes d’autres africains peuvent utiliser le clavier. C’est un clavier aussi habituel qui peut être utilisé pour écrire en français, anglais, espagnol et dans toutes langues utilisant l’alphabet latin.

Quelles sont les fonctionnalités du Clavier des Langues Béninoises ?

Les fonctionnalités de ce clavier sont multiples. Quand vous faites un appui long sur une lettre, vous aurez des lettres spéciales à nos langues locales, avec tous les accents. Un appui sur la touche entrée vous permet de voir les émojis et les stickers. Il y a aussi un lien qui renvoie vers les stickers en Fɔngbé intégré au clavier.

C’est un clavier très simple d’utilisation qui a un système de saisie prédictive. Quand vous saisissez un mot, ça vous donne le mot suivant, notre clavier aussi à ce système et n’a rien à envier avec les claviers utilisés entre temps. Il y même le système de saisie vocale Google, un micro est intégré au clavier, un appui long vous permettra de parler et il vous sort le texte que vous dictez.

Tout est possible avec le Clavier des Langues Béninoises. C’est un clavier très simple d’utilisation, une fois installé, il vous suffit d’appuyer la touche plus, et l’activer pour l’utiliser facilement. 

Un mot à l’endroit de la jeunesse béninoise ?

Je suis jeune et c’est parce que je constate que notre jeunesse à des difficultés en ce qui concerne le lien avec sa culture, c’est pourquoi je crée. Ma première cible, c’est la jeunesse. Je vais vers la jeunesse qui est plus présente sur les NTIC, les Nouvelles technologies de l’information et de la communication, ou en un mot le numérique. Notre jeunesse est très présente sur Internet et même nos aînés sont aujourd’hui présents sur Internet, et nos jeunes frères qui viendront seront encore plus présents sur internet parce que c’est un outil dont on ne peut plus s’en passer.

Internet aujourd’hui, c’est la quatrième révolution économique au monde ?

Incontestablement c’est une grande révolution ! Il faut apporter des données sur internet dans nos cultures. Le fongbé et les autres langues béninoises ne sont pas vraiment référencées sur internet. Quand vous tapez par exemple Fɔn il y a peu de données sur Internet. Alors, je travaille avec d’autres jeunes. C’est le moment de citer leurs noms, Aude Marcel Codjia, Fulberto Tchiakpe, Ricardo Ahouanvlame qui a créé un Robot fon, Fulberto Gilles Tchiakpe un développeur, Bonaventure Dossou qui a travaillé sur la restitution d’une plateforme de traduction Fɔngbe-français qui sera bientôt disponible sur internet.

On travaille avec tous ces jeunes-là pour vraiment référencer nos langues locales et quand elles seront référencées, c’est tout à fait notre richesse parce que nos langues ne peuvent pas mourir. C’est notre richesse, c’est notre culture et la culture et tout ce qui reste quand on a tout oublié.

Comment arrivez-vous à créer autant de projets dans le domaine numérique ?

C’est d’abord une question de volonté et quand on voit ce que proposent les autres pays, on constate que nous sommes gravement en retard. Alors, il faut vraiment quelqu’un pour mettre les pendules à l’heure. Je ne voudrais pas dire je fais tout, ce que je fais, c’est très peu et il reste encore beaucoup de projets. Et, le prochain projet, c’est de travailler sur le dictionnaire Français-fon et Fon-français qui sera disponible en application. Nous sommes déjà au travail. Il y a beaucoup de choses à faire.

Partagez

Commentaires

YOCLOUNON
Répondre

Très bel article !
Il y a tellement de choses à faire encore !
Ce n'est que le début.
#beninvijiji #IamYourClounon

Médard Clobechi
Répondre

ahhh oui, tellement de choses à faire afin de révéler le patrimoine culturel béninois, et ses langues au monde à travers le numérique...
D'ailleurs tu as annoncé dans l'interview, l'un de tes prochains projets: la création bientôt d'un dictionnaire Français-fon et Fon-français qui sera disponible en application. Cool..