Lutte contre la COVID-19 au Bénin, la CROIX- ROUGE forme les hommes des médias

Article : Lutte contre la COVID-19 au Bénin, la CROIX- ROUGE forme les hommes des médias
27 juillet 2020

Lutte contre la COVID-19 au Bénin, la CROIX- ROUGE forme les hommes des médias

La   Croix-Rouge du Bénin a organisé au profit des journalistes une formation allant dans le sens du renforcement et de l’approfondissement de leurs connaissances sur la pandémie mondiale. La dernière phase de cette activité qui a outillé plus de cent journalistes de plusieurs médias du Bénin s’est tenue ce samedi 18 juillet au Codiam de Cotonou. 

Formation des journalistes contre la Covid-19 – Médard Clobechi

Depuis sa création en 1863, la Croix-Rouge est restée jusqu’à ce jour fidèle à sa mission. Laquelle mission trouve sa valeur dans la prévention et l’apaisement de toutes les souffrances humaines en toute impartialité, sans discrimination notamment de nationalité, de race, de sexe, de classe, de langue, de religion ou d’opinion politique. Cette formation de 120 journalistes illustre parfaitement la constance de la Croix-Rouge béninoise sur le principe de l’élimination des souffrances de la race humaine. Plusieurs modules ont été développés. Il s’agit entre autres du rôle de la Croix-Rouge béninoise dans la riposte à la covid-19; des généralités sur la pandémie et le rôle du journaliste pendant la crise sanitaire. Pour le chargé de communication de la Croix-Rouge béninoise, la mission du journaliste est essentielle pendant la pandémie parce que c’est lui qui permet aux populations de se tenir informer de l’évolution de la situation exceptionnelle.<< En pleine crise sanitaire, il est difficile pour le journaliste d’exercer ses activités >>, reconnait Jules Affodji avant de faire savoir que le journaliste doit cependant tout mettre en oeuvre pour transmettre l’information la plus exacte possible aux populations. 

Formation des journalistes contre la Covid-19 – Médard Clobechi

Éviter les titres sensationnels…
Dans la plupart des parutions, mentionne le chargé de communication, on fait le constat que la peur a tenu une place prépondérante dans la couverture du virus. Pour lui, plusieurs publications ont évoqué le terme << peur >> ou des mots apparentés. Ces articles font également souvent usage d’un vocabulaire anxiogène en utilisant l’expression << virus tueur >>.  Face à l’urgence du temps, il est de bon ton  que les journalistes réorientent leurs écrits afin de sensibiliser sur les gestes barrières que de constituer de potentiels vendeurs de psychose. 

Ce qu’il faut faire…La Croix-Rouge béninoise lors de la formation a démontré aux professionnels des médias la nécessité d’utiliser moins d’adjectifs subjectifs dans les reportages. Pendant que la Croix-Rouge béninoise souhaite que les titres sensationnalistes soient évités dans les productions, elle demande aussi aux participants d’être créatif dans les articles et d’expliquer les actions préventives , cela pour le chargé de communication  va rendre les articles moins effrayants. 
<< N’oubliez pas que les analyses statistiques sont moins effrayantes que les récits individuels >>, conclue Jules Affodji, chargé de communication de la  Croix-Rouge du Bénin.

Edem Abdias SOSSOUKPE & Médard CLOBECHI 

Partagez

Commentaires